Introspection

Un soir, il est parti. J’étais instable qu’il disait, et beaucoup trop malheureuse. J’aurais pu lui répliquer qu’il avait grandement contribué à mon malheur, en me convaincant de ne pas partir étudier à l’étranger. J’aurais pu lui répliquer que si j’étais si malheureuse, c’étais en partie parce que j’avais mis mes rêves de côtés par amour pour lui. Mais je n’ai rien dis, parce que je ne voulais pas le retenir. Je ne voulais pas le convaincre de rester pour me consoler. En fait, ce soir là, je n’ai même pas bouger quand il m’a dis qu’il partait. J’ai continuée à m’affairer sur Internet, à la recherche d’un régime miracle. Quand il est revenu, quelques heures plus tard, je n’ai même pas lever les yeux alors qu’il passait devant moi, je n’ai pas prononcé un mot. À vrai dire, je ne savais plus si je l’aimais, je ne savais plus si nous nous aimions, où si nous restions ensemble par peur de souffrir si l’on était séparé. Car il faut l’admettre, souffrir à deux est moins effrayant que de souffrir seul. La peur de faire une terrible erreur en le quittant me tenaillait, je savais très bien que je n’oserais rompre, j’attendais donc qu’il le fasse. L’amour était une des sphères de la vie qui me torturait, lentement. J’ignorais comment aimer, je n’avais aucune idée des démarches à suivre afin d’atteindre un équilibre sain dans mes relations amoureuses pour parvenir au bonheur. Je manipulais aisément les gens, ainsi je parvenais à la plupart de mes fins. Mais j’étais malheureuse. J’ai pris conscience de cette tristesse qui m’habitais le jour où je recontré un autre homme. Mon couple allais mal, et je me suis laissée tentée par une courte aventure qui m’a fait revivre. Sur une courte période, cette rencontre à gonfler à bloc mon égo, pendant quelques instants j’avais l’impression d’avoir pleinement le contrôle et de goûté à l’arôme sucré et délicat du bonheur. L’amer déception eu lieu trop rapidement, après un abandon sans raison de cette personne qui avait sans le savoir changer le cours de ma vie. Ce choix de disparaître eu des conséquences encore plus notables que sa rencontre. Je sombrais peu à peu, m’enlissant vers une dépression presque certaine. N’allons pas croire que j’ai atteint cet état léthargique uniquemement pour des raisons sentimentales. Au même moment, plusieurs facettes de ma vie furent bouleversés, entre autre par la maladie qui s’en pris injustement à ma mère. Je n’arrivais pas à être honnête avec moi-même sur plusieurs points, et encore aujourd’hui, je m’en sens incapable.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s